Archives annuelle2018

Le port du casque est-il obligatoire à vélo ?

La question : « Nous projetons de faire une randonnée à vélo sur notre lieu de vacances cet été et mon fils de 13 ans refuse dorénavant de porter un casque. Est-ce encore obligatoire à son âge ? »

La réponse de Service-public.fr : « Le port du casque n’est plus obligatoire pour votre fils car il a plus de 12 ans. Il est cependant fortement recommandé, car un choc à la tête peut se révéler plus grave pour un enfant que pour un adulte. »

Avant de partir pour une balade à vélo cet été, faites le point sur les mesures de sécurité, sur votre matériel, ainsi que sur vos droits et obligations. En toutes circonstances, faites attention au trafic et soyez prudents.

Les équipements obligatoires

  • Éclairage : le vélo doit être doté d’un feu avant éclairant de couleur blanche ou jaune et d’un feu arrière rouge. Cet équipement est obligatoire de nuit et de jour en cas de mauvaise visibilité ;
  • Autre signalisation visuelle : de jour comme de nuit, le vélo doit être équipé de dispositifs réfléchissants (un rouge à l’arrière, un orange sur chaque pédale, et deux orange visibles latéralement) ;
  • Signalisation sonore : vous devez pouvoir signaler votre présence par un moyen sonore audible à 50 mètres au moins (timbre, avertisseur, grelot, etc.) ;
  • Freinage : chaque roue doit être équipée d’un dispositif de freinage.

Ces règles sont applicables à tous les cycles, y compris aux vélos tout terrain dont l’éclairage peut être amovible.

L’absence de l’un de ces équipements constitue une contravention de 1re classe passible d’une amende forfaitaire de 11 €, majorée à 33 € si elle est payée au-delà de 30 jours.

Les équipements obligatoires ou facultatifs selon les cas

  • Le casque : il est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, et recommandé ensuite ;
  • Les gilets de haute visibilité : ils sont obligatoires hors agglomération la nuit ou en cas de faible visibilité.

Les règles de circulation du code de la route

  • S’il en existe, privilégiez les pistes cyclables. Certaines sont réservées aux vélos mais facultatives et signalées par un panneau carré, d’autres sont obligatoires et signalées par un panneau rond ;
  • Certains aménagements peuvent vous permettre d’avancer tout droit ou de tourner à droite même si le feu tricolore est rouge : petits panneaux placés sous le feu ou feux jaunes clignotants qui montrent une silhouette de vélo et indiquent par une flèche la direction autorisée. Les piétons restent cependant prioritaires sur les passages qui leur sont réservés si la signalisation leur est favorable ;
  • Il vous est interdit de rouler sur une autoroute, une voie rapide et certaines routes signalées ;
  • Si vous roulez en groupe, roulez à deux de front ou en file indienne. La nuit, en cas de dépassement par un véhicule ou lorsque les circonstances l’exigent (chaussée étroite, etc.), placez-vous systématiquement en file indienne.

Les dispositions particulières

  • Sauf décision de l’autorité de police, les double-sens cyclables (route à sens unique pour les véhicules mais double-sens pour les cyclistes) sont généralisés lorsque la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 30 km/h ;
  • Un véhicule peut « mordre » sur une ligne continue pour dépasser un cycliste si les circonstances le permettent.

L’assurance

Une assurance spécifique n’est pas obligatoire. En effet, le risque est couvert par les assurances responsabilité civile ou multirisque habitation. Cependant, il est conseillé de contracter une assurance individuelle accident qui vous sera utile si vous êtes victime seul d’un accident (chute, etc.).

  À savoir :

Si vous êtes renversé par un véhicule automobile qui prend la fuite et qui n’est pas identifiable, vous pouvez vous adresser au Fonds de Garantie Automobile par lettre recommandée avec accusé de réception. Il pourra vous indemniser.

SOURCE:  Service-public.fr

Contrôle technique : ce qui change à partir du 20 mai 2018

Carrosserie, direction, freinage, éclairage, suspensions, rétroviseurs, ceintures, plaques d’immatriculation… À partir du 20 mai 2018, les règles du contrôle technique vont évoluer avec l’entrée en vigueur d’un arrêté du 2 mars 2017.

Cet arrêté transpose, pour les véhicules dont le poids n’excède pas 3,5 tonnes, la directive 2014/45/UE du Parlement européen et du Conseil du 3 avril 2014 relative au contrôle technique périodique des véhicules à moteur et de leurs remorques.

Parmi les mesures à retenir, cet arrêté prévoit notamment :

  • d’augmenter le nombre de points de contrôle à vérifier passant de 123 points à 133 ;
  • d’introduire un 3e niveau de défaillance, le niveau critique (exemple : feux stop défectueux), en plus des deux niveaux actuels (mineur et majeur) ce qui impliquera une augmentation du nombre de défaillances potentielles (environ 600 contre près de 460 aujourd’hui) ;
  • de réduire la validité du contrôle technique au jour du contrôle en cas de constat d’une défaillance critique.
LIEN / http://tr.asp2075.espmp-nifr.net/r5.aspx?GV1=ASP207500000001PXX002VIHV0037WNUO&mpvrs=0004A6AB067ECB03F

Permis de conduire : faut-il fournir une attestation (scolaire) de sécurité routière ?

Vous venez de passer avec succès le permis de conduire une voiture (permis B) ? Savez-vous que, pour la délivrance du permis, vous devez notamment fournir votre attestation scolaire de sécurité routière de second niveau (ASSR 2) ou votre attestation de sécurité routière (ASR) ? Vous l’avez perdue ? Pas de panique, vous pouvez désormais présenter une simple déclaration sur l’honneur.

Un arrêté a en effet été publié en ce sens au Journal officiel du 2 février 2018. Cet arrêté du 30 janvier 2018 fixe en annexe le modèle de déclaration sur l’honneur à présenter suite à la perte de votre ASSR 2 ou de votre ASR, cette déclaration étant nécessaire pour la délivrance de votre premier permis de conduire.

DÉCLARATION SUR L’HONNEUR EN VUE DE LA DÉLIVRANCE D’UN PREMIER TITRE DE CONDUITE

(Articles R. 211-1 et R. 221-5 du code de la route.-Arrêté ministériel du 20 avril 2012 modifié fixant les conditions d’établissement, de délivrance et de validité du permis de conduire)

 

 

  Rappel :
L’ASSR de 2e niveau (ou l’ASR) est obligatoire :
  • pour s’inscrire à la formation pratique du brevet de sécurité routière (BSR), BSR qui s’avère obligatoire pour pouvoir conduire dès l’âge de 14 ans certains types de cyclomoteurs ou de quads ;
  • ou pour obtenir un premier permis de conduire, quelle que soit la catégorie (permis B notamment).

  Attention :

Les documents liés à l’ASSR 2 ou à l’ASR demeurent néanmoins toujours exigibles pour la validation de la partie théorique du BSR.

2018 ce qui va changer sur les routes

Limitation de vitesse, mesures contre le téléphone ou l’alcool au volant, protection des deux roues motorisés, amélioration de la sécurité des piétons… Dans le cadre du Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018, un certain nombre de nouveautés ont été annoncées par le Premier ministre.

Voici une sélection de ces nouveautés dont la mise en place s’étale entre 2018 et 2021 :

Pour 2018

 

  • Réduction de 90 km/h à 80km/h des vitesses maximales autorisées sur les routes à double sens sans séparateur central en dehors des routes à deux fois deux voies et des routes à trois voies – mise en place prévue juillet 2018 ;
  • lutte contre la conduite sous l’emprise de l’alcool en étendant notamment l’usage des éthylotests anti-démarrage (EAD) ;
  • possibilité pour les forces de l’ordre de suspendre temporairement les systèmes de localisation de leur contrôle d’alcoolémie et de stupéfiants ;
  • autorisation de l’allumage de jour des feux de brouillard pour les motocyclistes ;
  • possibilité de vidéo-verbalisation des infractions liées au non-respect des règles de priorité de passage accordées aux piétons ;
  • mise à disposition gratuitement pour tout acheteur de véhicule d’occasion d’un historique des réparations importantes sur le véhicule acheté ;
  • publication sur le site internet de la sécurité routière d’une carte présentant l’implantation des radars automatiques sur le territoire, le lien entre leur implantation et l’accidentalité.

Pour 2019

  • durcissement de l’interdiction de tenir en main son téléphone tout en conduisant en donnant la possibilité aux forces de l’ordre de retenir le permis de conduire d’une personne sanctionnée pour conduite avec usage de téléphone tenu en main dès lors que le conducteur commet en même temps une infraction menaçant la sécurité d’autrui ;
  • placement immédiat en fourrière du véhicule d’un conducteur commettant une infraction grave au code de la route (conduite sans permis, conduite après usage de stupéfiants…) ;
  • amélioration de la protection des piétons en augmentant notamment la visibilité des piétons par un meilleur aménagement des abords immédiats des passages piétons.

Et après

  • possibilité pour un conducteur en excès de vitesse de plus de 40 km/h qui fait l’objet d’une suspension de permis de continuer à conduire à condition d’être équipé d’un véhicule avec contrôleur électronique de vitesse.

Le service «Zébu» en place le soir du réveillon

Publié le 29/12/2017 à 09:21

L’Association pour la Prévention des Accident chez les Jeunes (Apaj) informe que son service de raccompagnement «Zébu» fonctionnera dimanche soir pour la nuit de la St Sylvestre.

Zébu ramène tout conducteur avec son véhicule qui n’est pas en état de prendre le volant dans des conditions de sécurité en raison d’une alcoolémie, de la fatigue, de la prise de médicaments etc. C’est une action associative qui fonctionnera donc dimanche soir à partir de 23h00 et jusqu’à lundi à 6h00.

Ce service est assuré par les bénévoles formés de l’association. Il est gratuit grâce à un partenariat avec la Préfecture du Tarn et la mairie de Castres dans le cadre du Plan Départemental des Actions de Sécurité Routière.

Et si Zébu accompagne le conducteur et son véhicule à son domicile, ce n’est pas un service «taxi».

La direction de l’association Apaj Zébu rappelle que son service n’encourage pas la consommation d’alcool. Il doit être considéré comme le dernier recours et non comme une solution «a priori» aux soirées trop arrosées. De plus, l’Apaj encourage la désignation «d’un conducteur responsable».

L’Apaj peut aider à organiser une soirée avec «Sam», le conducteur responsable qui conduit et c’est celui qui ne boit pas.

Et si vous désirez quelques alcootests pour rentrer en sécurité, on peut aussi contacter l’association ici : 05.63.35.10.37

La Dépêche du Midi